fin de droit

de quel droit

Ayant invité plusieurs fois Yvon dans ma librairie et dans le cadre de divers festivals, je peux témoigner que ses récitals de poésie sont bien des spectacles.

Si les "décideurs" de Pôle emploi assuraient leur fonction officielle aussi bien qu'Yvon exerce son métier, ils seraient moins fréquemment qualifiés d'employés de "Pôle radiation".

Être en "fin de droits" dans le pays qui se vante d'être le berceau des droits de l'homme, quelle triste plaisanterie. Ce n'est malheureusement qu'un des détails de l'arbitraire qui règne dans tous les domaines. "Les chaînes de l'humanité torturée sont (encore) en papiers de ministères". Faudrait-il qu'Yvon se suicide spectaculairement, comme d'autres, pour ne pas être condamné à un retour à la misère ?

Et si, plutôt, on ôtait à Pôle radiation le droit de dire qui a le droit de survivre et qui ne l'a pas ?

 

Gérard Lambert-Ullmann

Mis à jour le 12 janvier 2016

Collectif findedroitdequeldroit