fin de droit

de quel droit

Cher Yvon, Dans "Le pays derrière le chagrin"- il y a une éternité- tu écrivais : "Chacun pour soi et Dieu pour tous, cela est impossible, tant pis pour moi". Tu as toujours partagé ta poésie et celle des autres avec rage, talent et fraternité. Comment peut-on oser te dénier ta qualité d'artiste du spectacle ? T'ont-ils déjà lu, vu, entendu, au moins ?

 

Odile Garancher

Mis à jour le 12 janvier 2016

Collectif findedroitdequeldroit