fin de droit

de quel droit

Yvon Le Men est auteur et interprète. Il écrit et interprète des textes qu'il écrit lui même (poèmes, récits, roman) et qu'il interprète lui même, en scène, devant des gens qui ont payé un billet d'entrée dans des festivals, des lieux culturels, des cafés. En 2006, l'ODDC, où je travaillais à l'époque, à co-produit son spectacle "Besoin de poème", adapté de son livre éponyme. Il était accompagné de l'accordéoniste Jean Marc Le Coq. La comédienne et metteur en scène québécoise Pol Pelletier a signé la mise en scène. Ce spectacle a joué plusieurs fois en Côtes d'Armor, en Bretagne et ailleurs. Yvon Le Men travaille comme de nombreux artistes en France et dans le monde. Il engage des projets et se fait engager pour les présenter au public. N'étant pas comédien de formation, il se présente au plus juste de sa profession, poète et interprète. On l'accuse aujourd'hui de ne pas figurer dans la bonne case des emplois éligibles au régime d'assurance chômage des annexes 8 et 10. On condamne un auteur de ne pas utiliser le bon mot ? Ne refuse t on pas de voir le métier d'un homme ? Ne met on pas un voile sur la diversité d'un secteur d'activité devenu aujourd'hui, en terme d'emploi, plus important que celui de l'automobile ? En tant qu'artiste « poète » (ce mot est visiblement à prendre avec des guillemets) interprète, Yvon Le Men a le droit de bénéficier du régime d'assurance chômage. Yvon Le Men peut en même temps bénéficier d'une rémunération complémentaire en droit d'auteur (en lien avec la Maison des Artistes et les caisses de collecte et distribution existantes), pour les livres qu'il écrit en tant qu'auteur. S'il est condamné pour cela, alors combien d'artistes, d'hommes politiques, de journalistes, de femmes et d'hommes le sont ? Si Yvon Le Men est condamné, nous le sommes tous.

 

William Domenech

Mis à jour le 12 janvier 2016

Collectif findedroitdequeldroit