Les possibilités de recours pour empêcher une émancipation d’une fille enceinte

Les possibilités de recours pour empêcher une émancipation d’une fille enceinte

Dans le cas où une fille est capable d’élever toute seule son nouveau-né, cela va de pair à son indépendance. Elle peut à ce moment-là décider de quitter le foyer où vivent ses parents. Elle cherche le plus souvent à s’émanciper de ce genre de situation. Si les parents souhaitent contester cette décision, il est indispensable d’évoquer de bonnes raisons pour empêcher cette décision.

La situation familiale

En raison d’une vie familiale instable, la jeune fille peut envisager de quitter la demeure familiale et de construire une nouvelle vie. Le nouveau-né ne doit pas vivre dans un foyer :

  • Instable
  • Avec de la négligence
  • La présence des abus
  • Ou une atmosphère négative

Dans ces cas-là, la jeune maman a le droit d’émanciper et de trouver un nouveau domicile sur lequel elle peut se sentir à l’aise avec sa petite famille. La situation familiale du foyer est donc prise en considération pour valoriser cette demande d’émancipation. Tous les motifs doivent être soulevés pour indiquer un bon résultat. Pour présenter le cas, solliciter un avocat serait la meilleure manière possible.

Un blocage réel pour l’émancipation

Pour des motifs valables, les parents de la jeune fille peuvent évoquer un blocage à cette demande d’émancipation. Pour en savoir plus, rendez-vous sur www.cdad-morbihan.fr. S’ils arrivent à apporter des preuves légales sur son incapacité, il est envisageable de prêter attention à ce recours. Pour une jeune fille mineure qui va donner naissance à un bébé, le soutien de proches est toujours indispensable. Avec la meilleure condition possible, le nouveau- né a besoin d’une bonne stabilité à la référence. Les parents doivent donc s’assurer du bien-être de la jeune fille et surtout du bébé. Si les carnets arrivent donc à évoquer une certaine raison pour stopper la demande d’émancipation, cela peut être accepté par les juges. Ce blocage pourrait influencer les décisions des juges.

La maladie mentale de la jeune mère

Pour le cas d’un trouble mental, la famille de la personne peut également engager un blocage à cette demande d’émancipation. S’ils arrivent à prouver avec des certificats médicaux la situation, il se peut que les juges réclament la validation de la requête. Une femme troublée mentalement ne peut pas couvrir l’éducation d’un enfant. Et pour son bien-être, il est toujours primordial de rester dans la demeure familiale de ses parents. Si la jeune femme n’est pas assez stable, la situation peut s’aggraver. À cause de son état, la motivation de ses parents se résume donc à cette situation délicate. Il est nécessaire de bien prouver les circonstances avec l’intégration des preuves légales. C’est surtout un moyen de protéger la jeune mère de toutes contraintes. 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.